#3-Citation-4

D’après moi, le sport est l'opium, oui, mais pas celui du peuple. Chaque personne est différente et chaque personne traverse sa vie différemment… Pour certain·e·s, le sport est libérateur. Il nous permet de nous décharger, autrement que par la parole. Plus on trouve refuge dans le sport, plus on évolue et moins on veut parler du pourquoi du comment on s’est tourné vers l'une ou l'autre discipline. À travers le sport, on atteint nos propres objectifs, peu importe le temps que ça nous prend, les efforts que ça nous coûtent, tant qu'on les atteint. Plus nos efforts paient, plus notre but se rapproche, plus on voit que l’on peut se dépasser. Alors à ce moment-là, le sport devient plus qu’une drogue. Une addiction, celle du jeu, celle du plaisir, celle du désir. Substance qui anesthésie les pensées douloureuses ou qui réveille les sens, là subsiste la controverse.

Siham Aaddi

A lire également

Justice
Éducation
Société

Le souhait d’un autre temps

Deux fois plus de travail pour deux fois moins de reconnaissance. C’est la réalité de nombreuses femmes dans la société patriarcale qu’est la nôtre.📈📉 Comment s’extirper de ces carcans lorsque d’aucuns estiment encore que les femmes sont prédestinées à certains métiers ?Lorsque certaines de celles qui se battent contre ces injonctions perpétuent ces mêmes schémas pernicieux ? Lorsque la souffrance de toute une part de la société devrait rester invisible ?
Zélie Sels
30/3/2024
Société
Éducation

Portraits parcours: Zofia, la maraichère

Il en est facile d'oublier que derrière les chiffres se cachent du savoir-faire, de la sueur, de la transmission, des années d'expertise mais aussi et surtout des visages singuliers.
Laurianne Systermans
25/3/2024
Société
Éducation

Portraits parcours: Eric, le cordiste

Il en est facile d'oublier que derrière les chiffres se cachent du savoir-faire, de la sueur, de la transmission, des années d'expertise mais aussi et surtout des visages singuliers.
Zélie Sels
25/3/2024