À la rencontre de ces acteur·rice·s de la nuit.

À celleux que l'on oublie parfois lorsque la nuit nous est synonyme de repos... Agente·e de sécurité, barmaid, dj·ette, gérant de night shop, programmateur·ice d'événements, organisateur·ice de maraudes, fritier·e... Son rideau bleu étoilé marque le début de leur journée. Une série de portraits Parresia à la rencontre de ces acteur·rice·s de la nuit.

Poppy, DJ passionnée.
Travailler la nuit c’est assez excitant tout comme crevant mais quand tu adores ce que tu fais, il n’y a pas trop de limites ou de contraintes.

Eloïse, Infirmière pour usagers·ères de drogues en situation de précarité.
J'aime pouvoir rencontrer des personnes qu'on ne peut atteindre le jour mais je n'aime pas cette insécurité qui règne.
Audry, barman et monteur.
Travailler la nuit, c’est voir une face cachée du monde. Les gens sont beaucoup plus eux-mêmes que pendant la journée. Ce que j’aime pas, c’est les tentations malsaines et le rythme usant. Tu peux vite ne faire plus que ça de ta vie et travailler plus de 10 heures par jour, 7 sur 7.

Hicham, agent de sécurité.
C'est devenu vital pour moi. J'aime les rencontres, voir les gens s’amuser et prendre du bon temps.
Daria, Event manager.


Travailler la nuit, c’est vivre deux fois, faire des rencontres incroyables et courir partout ! J’aime faire en sorte que les gens se lâchent et soient eux mêmes, qu’ils vivent leurs meilleurs soirée et s’amusent.


Naveed, propriétaire d'un nightshop.
Travailler la nuit ça me permet d'être libre la journée, là où tout se passe.
Témoignage d'un enfant de la nuit

En journée, on fréquente les lieux de nos habitudes. La nuit, tout change. Les rencontres y sont plus inattendues, mes réflexions sont plus enfantines. À la nuit tombée, souvent je me sens bien dans l’obscurité, je me sens bien car même accompagné on se sent seul grâce au vide autour de nous. La nuit tout me semble plus vrai car moins tangible, sans contrainte, tout en sachant que si on veut concrétiser une idée, souvent on ne peut qu’attendre le lendemain. La nuit plus rien ne me blesse car j’ai le sommeil comme refuge. Dormir devient comme une réinitialisation de l’esprit et du temps.








L'équipe Parresia
16/8/2023

A lire également

Justice
Éducation
Société

Le souhait d’un autre temps

Deux fois plus de travail pour deux fois moins de reconnaissance. C’est la réalité de nombreuses femmes dans la société patriarcale qu’est la nôtre.📈📉 Comment s’extirper de ces carcans lorsque d’aucuns estiment encore que les femmes sont prédestinées à certains métiers ?Lorsque certaines de celles qui se battent contre ces injonctions perpétuent ces mêmes schémas pernicieux ? Lorsque la souffrance de toute une part de la société devrait rester invisible ?
Zélie Sels
30/3/2024
Société
Éducation

Portraits parcours: Zofia, la maraichère

Il en est facile d'oublier que derrière les chiffres se cachent du savoir-faire, de la sueur, de la transmission, des années d'expertise mais aussi et surtout des visages singuliers.
Laurianne Systermans
25/3/2024
Société
Éducation

Portraits parcours: Eric, le cordiste

Il en est facile d'oublier que derrière les chiffres se cachent du savoir-faire, de la sueur, de la transmission, des années d'expertise mais aussi et surtout des visages singuliers.
Zélie Sels
25/3/2024