Pourquoi Parresia se positionne sur la Palestine?

Dès que l'occasion s'en présentera, afin de clamer haut et fort leur dignité, et qu'on ne nie plus leur droit à exister, Parresia se positionnera sur la Palestine en vous proposant des contenus témoignant de la situation des Palestinien.nes. On vous explique pourquoi.

On n’a pas attendu l’actualité pour commencer,  mais on a décidé de continuer encore et encore.

Parresia fera un focus, de par ses contenus, dès que l’occasion s’en présente, sur la situation du peuple palestinien.

Parresia, notre média bruxellois, un temps d’analyse et de débat, par les jeunes et à l’attention de toustes, porté par une équipe mais aussi une communauté, celle des “ambassadeurs d’expression citoyenne”.

Des jeunes investi·e·s depuis longtemps dans de nombreuses causes citoyennes

Parmi celles-ci,  la Palestine occupée.

Dans l’imaginaire de beaucoup d’entre nous, Occidentaux, Israël est cet état auquel on a envie de s’identifier, une société de ressucité.e.s qui aurait réussi l’exploit de faire “fleurir le désert”, avec en prime le peuple palestinien comme adversaire, qui de par son appartenance au monde arabo-musulman, symbolise cet Autre dépeint quotidiennement  comme un ennemi.

Mais pour notre communauté de jeunes bruxellois·es, majoritairement issue des rangs des invisibilisé.e.s, il est  naturel de s’identifier aux luttes de femmes et d’hommes opprimé.e.s pour ce qu’iels sont et au mépris de ce qu’iels font.

Les discriminations ici, l’occupation là-bas. Rien de comparable, et pourtant la même quête de dignité.

Ce “conflit israëlo-palestinien”, ce mal-nommé, dont on a le tort de toujours parler aux dépens d’autres drames, suscite autant d’attention parce qu’il illustre à lui seul la cause de toutes les peines :

Une mécanique de déshumanisation

qui silencie l’Autre

Quand on se rend, comme Parresia l’a fait, en territoires palestiniens, on s’aperçoit que “la seule démocratie du

Moyen-Orient” présente le visage, le discours, les pratiques et la politique d’un régime d’apartheid.

Si on dénonce à très juste titre les crimes de guerres subis dernièrement par la population israëlienne, on ne parle que trop peu de la Palestine, sous occupation, sous colonisation, sous apartheid.

Qu’importe les éventuelles accointances identitaires, notre boussole reste et restera le droit international, et ce droit ne peut être brandi à la carte.

Un “droit à se défendre”, pour  d’innombrables  violations de ce même droit .

Pourtant, une vie palestinienne ne vaut pas plus qu’une vie israëlienne. Une vie israëlienne ne vaut pas plus qu’une vie palestinienne.

Alors, autant que faire se peut,

Parce qu’en situation d’oppression, la neutralité devient complicité,

Parce que la “complexité” ne doit pas servir de masque à l’iniquité,

Parce que la parole de Parresia est souvent portée par celleux qu’on silencie,

Et que nous nous voulons

la voix des sans-voix...

L'équipe Parresia
20/10/2023

A lire également

Justice
Éducation
Société

Le souhait d’un autre temps

Deux fois plus de travail pour deux fois moins de reconnaissance. C’est la réalité de nombreuses femmes dans la société patriarcale qu’est la nôtre.📈📉 Comment s’extirper de ces carcans lorsque d’aucuns estiment encore que les femmes sont prédestinées à certains métiers ?Lorsque certaines de celles qui se battent contre ces injonctions perpétuent ces mêmes schémas pernicieux ? Lorsque la souffrance de toute une part de la société devrait rester invisible ?
Zélie Sels
30/3/2024
Société
Éducation

Portraits parcours: Zofia, la maraichère

Il en est facile d'oublier que derrière les chiffres se cachent du savoir-faire, de la sueur, de la transmission, des années d'expertise mais aussi et surtout des visages singuliers.
Laurianne Systermans
25/3/2024
Société
Éducation

Portraits parcours: Eric, le cordiste

Il en est facile d'oublier que derrière les chiffres se cachent du savoir-faire, de la sueur, de la transmission, des années d'expertise mais aussi et surtout des visages singuliers.
Zélie Sels
25/3/2024