Rencontre avec Michel Visart

Résilience : Aptitude d'un·e individu·e à se construire et à vivre de manière satisfaisante en dépit de circonstances traumatiques. (Larousse) Michel Visart en est l'exemple parfait. Père de Laurianne, jeune adulte qui a perdu la vie dans l'attentat de Maelbeek en 2016, ce journaliste pensionné a marqué le pays entier par son discours plein d'ouverture quelques jours après le drame. 7 ans plus tard, Parresia a l'immense honneur d'accueillir cet homme impressionnant dans un échange riche. Au programme : étapes du deuil, amour, pardon, procès, réinsertion et message à tous ces jeunes qui ont payé à tort les pots cassés.


La poignée de main est ferme mais chaleureuse, à l’image de l’homme. Michel Visart est de ces personnes qui ne laissent pas indifférent·e : impressionnant, parfois même intimidant mais ô combien bienveillant. Journaliste chevronné, c’est lui qui s’attèle à mettre à l’aise l’interviewer. Dans les couloirs de la Maison de la Francité, les sujets de discussions s’enchaînent : ses années sur les bancs de l’IHECS, ses erreurs de parcours, les coups du sort qui l’ont amené à faire du journalisme économique son métier, l’importance de traiter l’information de manière constructive, son combat pour la cause migratoire. Encore une fois, les parcours de vie en toile de fond.

C’est d’ailleurs sur cette base là que repose notre discussion du jour. Mon appréhension quant au choix minutieux des mots pour ne pas raviver de mauvais souvenirs ou blesser maladroitement se dissipe à mesure que Michel me rassure. Nous revenons sur sa décision de prendre la parole aussi vite après le drame avec ce discours qui a fait du bien à tellement de monde. Nous passons en revue les étapes de son deuil : « Pas de haine, ni de colère et je dis ça sans vanité ». Je suis frappé par la force qui émane de cet homme et je ne peux m’empêcher de réfléchir à la manière dont j’aurais réagi si j’avais été dans sa position… Malgré cela, le discours de Michel Visart ne peut pas être qualifié d’utopique. L’invité le souligne plusieurs fois : « Je ne suis pas naïf ».

Après une bonne demi-heure de discussion, je ressors de la pièce avec une leçon de sagesse d’amour et de résilience. Il ne faut jamais arrêter de construire même si « la souffrance ne s’en va jamais réellement ».

Ilyas Boukria
10/10/2023

A lire également

Politique
Société

Artefact Episode 1: La "Loi Frontex"

Dans ce premier épisode, Ines s’empare de la « loi Frontex » et de ce qu’elle dit de la normalisation des idées d’extrême droite.
Laurianne Systermans
19/6/2024
Politique
Culture
Environnement
Société

Bruxelles sans pub : une utopie (con)damnée ?

29 novembre 2030. Le réveil sonne. Avant de jouer ma mesure de la partition automnale bruxelloise, je me laisse happer par mes notifications nocturnes. D’un réseau social à un autre, je flâne dans les boulevards numériques. Pas une trace de ce qui nourrit mon envie d’attaquer ma journée… Je le sais, depuis un an la date est cochée. Et pourtant, aucun slogan. Aucune injonction à l’achat. Aucun produit en gros plan. Ils l’appellent “vendredi noir” certes mais moi, j’aimais bien être frappé par toutes ces couleurs. - 20 %, - 50 %, - 70 %. Du bleu, du jaune, du rouge. Pourtant aujourd’hui, les couleurs grisantes laissent place à la transparence des murs sociaux.
Ilyas Boukria
19/5/2024
Société

Washing machine : une industrie qui fait tourner la tête

Les responsables marketing n'ont pas froid aux yeux. Il est primordial d'alerter sur leurs tentatives d'appropriation des enjeux de société à des fins mercantiles. De toutes les couleurs... Pour les pointer du doigt, il faut pouvoir les identifier. Explications et cas concrets.
Amina Derouich
29/4/2024