©GiacomoReynaud

L'IA nous rendra-t-elle l'humain ?

IA. Androïdes. Humanoïdes. Robotique et des tocs. Des chiffres, la binarité, des zéros et des uns.

Mais derrière, n’oublions pas que se cachent "de simples mortels".

Des zéros et des uns. Dualité et lutte des classes. Toujours que des gagnant·e·s, des perdant·e·s ?

Je ne sais pas comment m’immerger dans le sujet de l’intelligence artificielle sans me laisser prendre au piège des légendes urbaines et craintes populaires. Je suis trop jeune pour être réac et trop vieille pour être naïve.


Je ne suis peut-être finalement qu’un cerveau lambda à la merci des machines et de ses concepteurs (à l'époque, exclusivement masculins).


Chaque révolution a exalté les foules autant qu’elle les a effrayées. Internet a largement transformé nos sociétés et nos relations. Elles sont devenues mathématiques, virtuelles, construites par écran interposé. Mais sont-elles pour autant moins inauthentiques ?


À chaque fois, on a cru que les machines allaient nous permettre de gagner du temps, rogner sur la besogne pour s'adonner à d'autres plaisirs.

« Leisure », comme diraient les anglophones (langue maitresse des inventeurs de l'IA).  


L’automatisation du travail a transformé des hommes et femmes en bras esclaves ; pieds et poings liés au travail à la chaine. Tout toujours plus vite.  Se lever, marcher, courir, nager, naviguer, construire, abattre, renverser la vapeur, passer aux énergies fossiles pour mieux laisser des traces de nos corps usés dans la roche.

Le numérique ensuite traquera l’être comme un animal. Retour aux sources.


Alors quand, à partir des années 90, les ordinateurs apparaissent dans nos entreprises, l’employé·e revit ! L’e-mail détrône le courrier, vive la sauvegarde sur disquette et le « patrimoine informatique ». Enfin du vrai temps épargné !


Mais le calcul n’est pas bien savant : l’IA est un produit de la science autant que du capitalisme.

Nous pourrions revoir nos opérations et mettre à profit de toustes ces technologies qui ont déjà fait basculer le monde dans une nouvelle ère.


Optimiser les soins de santé, ou même éradiquer des maladies. Lutter contre le réchauffement climatique. Améliorer les systèmes éducatifs. Permettre l’accès de nos espaces publics aux personnes non valides. Faire de nos sociétés des lieux d’échanges éclairés, car oui, il existe plusieurs formes d’intelligence.


Mais que serait une vie sans accident, sans hasard, où tout est piloté d’avance ? Une destinée tracée par les algorithmes qui deviennent maîtres du temps, maîtres du jeu. « Destin » Nos données pour pions, nos cerveaux pour maison. Les « Big Data » maîtres du monde. Game is already over?


Parresia va tenter d’analyser et de démystifier l’IA. De la voir telle qu’elle est : une technologie aux mains d’êtres qui peuvent vouloir le meilleur comme le pire.

À ce stade, la question reste entière : « L’IA nous rendra-t-elle l’humain ? »


Laurianne Systermans

Coordinatrice sur le projet Parresia et accompagne les jeunes dans leur envie de s’essayer à l’expression journalistique.

L'IA nous rendra-t-elle l'humain ?

Le podcast

A écouter dans ce podcast :

No items found.
L'IA nous rendra-t-elle l'humain ?

[Mauvais genre]

L'IA nous rendra-t-elle l'humain ?

La playlist

L'IA nous rendra-t-elle l'humain ?

Les articles

Dévoile-moi ton visage et je te dirai qui tu es. Parresia a choisi de se pencher sur la reconnaissance faciale et sur les enjeux qui y sont liés dans la toute première réglementation mondiale proposée par l'Union européenne : l'IA Act. Méfiez-nous des yeux qui ne sauraient voir...

Derouich

Amina Derouich

Etudiante en relation publique

Vous souhaitez intervenir?

Dévoile-moi ton visage et je te dirai qui tu es

Dévoile-moi ton visage et je te dirai qui tu es. Parresia a choisi de se pencher sur la reconnaissance faciale et sur les enjeux qui y sont liés dans la toute première réglementation mondiale proposée par l'Union européenne : l'IA Act. Méfiez-nous des yeux qui ne sauraient voir...
Amina Derouich
19/2/2024
à lire ou à relire

Nos dernières éditions